LA COMPAGNIE

Il suffirait d’un coquelicot au pied de la montagne

EN PRODUCTION

TEXTE DE LAURE VALLES

 

Préambule

 

Dans les cartons, dans les sourires, dans l’espérance, nous avons des pièces endormies qui commencent à s’agiter. C’est le cas d’Il suffirait d’un coquelicot au pied de la montagne.

« En projet » vous propose de suivre la naissance du spectacle : note d’intention, premières lectures et répétitions, réflexions de recherche sont autant d’étapes qui rendent un spectacle possible. Nous serions heureux de les partager avec vous. A très vite et belle route à vous.

 

 

NOTE D’INTENTION

 

Nous sommes tous l’histoire.

La marche intime des déracinés

L’embrasement mondial autour de la seconde guerre a laissé des empreintes noires que l’Europe ne finit pas de purger. Ces temps de barbarie spectaculaire hantent nos consciences, nos discours et notre art à tel point qu’il est souvent difficile d’évoquer le devoir de mémoire sans faire appel à la résistance, la déportation et la brutalité de l’Homme. Mais cette période porte aussi une blessure plus discrète et plus sourde qui porte le nom d’exil. Le mouvement qui a eu lieu fut gigantesque et les hommes de cette grande migration générale se sont pour la plupart fixés sur des terres voisines et étrangères où l’urgence fut de reconstruire. Par souci d’intégration, par honte du désastre, par oubli volontaire, nos anciens se sont tus.

 

Et nombreux sont ceux qui n’ont pas légué leur langue à leurs enfants. Mais là, commence une autre violence, celle d’hériter d’ un ailleurs que l’on ne connaît pas, celle de porter dans un même corps la mémoire et l’oubli. Là, naissent les premières générations de déracinés. Comment construire une identité, une place, une existence quand nos anciens eux-mêmes en gardent le secret ?  L’Histoire n’est pas si grande, elle est très quotidienne et s’ancre chaque jour dans notre mal d’identité. Il nous appartient de partir à la recherche de notre propre histoire, d’interroger nos anciens, simplement, sans juger. Il nous faut maintenant reprendre à l’origine pour comprendre où nous nous sommes perdus, depuis quand nous errons. Il est temps d’entamer la longue marche espérante des déracinés.

Il suffirait d’un coquelicot au pied de la montagne est le conte de ce voyage vers la mémoire et  l’identité.

 

 

 

FEUILLES FROISSEES ET MOTS EN HERBE

 

« Il nous faudra être le vent

Il nous faudra passer

Et puis aimerLégèrement

Juste pour aimer

Comme çaSans faire d’effort

 

Femme Coquelicot

Filles de vos avalanches

C’est ce vent que je veux habiter

C’est votre histoire mon jardin

C’est la tendresse que vous avez voulue

Qui vous a manquée

Que vous avez tordue parfois

Souvent même

Mais ça n’a plus d’importance

Je suis Femme Coquelicot froissée

 

Un jour que je ne connais pas encore

Mais un jour que nous saurons reconnaître

Ça j’en suis sûre

Un jour

Nous irons nous allonger dans le vent des Alpilles

Il nous redressera le cœur

Et ma fille nous apprendra à danser "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Laure Valles ( Il suffirait d'un coquelicot au pied de la montagne )

Texte et Jeux : 

Mise en scène : 

Jeux et texte de : 

Mise en scène de : 

CRÉE PAR RAF ET B 2015

 

follow us:
  • Facebook Classic
  • Vimeo Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • c-youtube